Ambulance et VSL

Les avantages du VSL par rapport à l’ambulance

Un VSL ou véhicule sanitaire léger peut se déplacer chez la personne qui en a besoin, tout comme l’ambulance. Ces deux types de véhicules ont la même mission, celui de transporter un patient ou une personne à mobilité réduite pour qu’elle bénéficie d’une prise en charge par les professionnels de la santé. Découvrez les atouts d’un VSL par rapport à une ambulance.

Prise en charge particulière avec une VSL

Un VSL est une voiture de tourisme qui peut être utilisée comme une ambulance. Le patient doit être en position assise lors de l’évacuation, il ressemble en quelque sorte à un taxi. Son intervention est souvent prescrite par le médecin.

Ce type de transport sanitaire n’est destiné que pour les personnes qui ont une perte d’autonomie, mais qui doivent suivre un traitement comme la chimiothérapie ou la radiothérapie. Par rapport à une ambulance, un VSL n’est pas une voiture pour les cas d’urgence sanitaire.

Pour que la prise en charge soit validée, il est essentiel de respecter certaines conditions, dont bien sûr, le transport du patient jusqu’au centre de diagnostic ou de santé. Ces lieux peuvent être la clinique, l’hôpital, mais aussi un laboratoire d’analyse, un centre de dialyse ou d’imagerie médicale.

Avec ce type de véhicule, le chauffeur doit être titulaire d’une Attestation de Formation aux Premiers Secours et d’un certificat d’aptitude médicale pour pouvoir intervenir en cas d’urgence lors du déplacement.

Possibilité de remboursement

Si le médecin de la personne à mobilité réduite conseille de contacter un VSL, la CPAM peut prendre en charge les frais de transport et le remboursement peut être réalisé par la Sécurité sociale. Cependant, quelques conditions doivent être respectées à la lettre pour bénéficier de ces avantages.

Les prises en charge concernent en effet le frais de transport, que ce soit pour une sortie ou une entrée d’hôpital. La durée de l’hospitalisation n’est pas prise en compte, qu’elle soit partielle, complète ou même ambulatoire.

Le remboursement concerne également les traitements en ALD (Affection de Longue Durée), les contrôles en liaison avec une maladie ou accident professionnels, etc. Attention ! Il est important de savoir que l’accord d’un médecin-conseil de la CPAM est nécessaire pour être remboursé.

Une prescription médicale adaptée à la situation

La prescription médicale est justifiée par le médecin et le transport sanitaire privé est prescrit en fonction de son autonomie et de son état de santé. La prise en charge est spéciale en cas d’ALD et cela est aussi soumis à des conditions.

Pour être bénéficiaire d’une prise charge partielle ou complète, la personne doit se munir d’une justification attestant qu’elle est atteinte d’une ALD. Le trajet doit être en relation avec sa maladie et le malade est obligé de présenter des déficiences ou des incapacités bien définies par la loi.

Attention ! La prise en charge n’est envisageable que si le patient atteint d’une ALD est accompagné par une autre personne, et cela même s’il présente une déficience ou une incapacité.

La prise en charge s’applique aussi dans le cas où le patient a moins de 16 ans et doit être accompagné.